Lingettes et tawashi...du durable quoi !

Bonjour !

Le zéro déchet est entré insidieusement chez nous. Notre objectif n'étant pas de produire zéro déchet mais plutôt d'améliorer nos habitudes quotidiennes afin d'aboutir, pourquoi pas, au bonheur de ne plus jamais sortir de poubelles.



J'ai réalisé un peignoir à Chaton. Et, de ces restes, sont nés de petites lingettes lavables pour nettoyer les fesses de son frère. Rien de bien sorcier pour ça. Des milliers de tutoriels existent déjà. Je mets juste des photos histoire de les référencer un peu.



J'ai coupé les carrés à l'aide d'un gabarit. Système D oblige, j'ai utilisé des sous-verres en lièges reçus il y a longtemps à un noël. Ci-dessus, j'ai utilisé les chutes d'un coton étoiles et ci-dessous, un coton avec des motifs dinosaures qui ont bien fait plaisir à Chaton. Je les aient acheté aux tissus du grand large, une vrai caverne d'ali-baba sur Poitiers. Mais allez savoir pourquoi, je n'aime pas y aller 😃.



Elles servent au quotidien accompagnant les couches lavables de mon Doudou et le combo couche-lingettes lavable me procure, je l'avoue, beaucoup de satisfaction. Laver des cotons et des couches n'est finalement pas une corvée. S'en est même un vrai plaisir de savoir que, non, nous ne jetons pas des kilos de couches. Nous n'avons, par contre, passé ni le cap de la nuit, ni celui des vacances. C'est effectivement critiquable, mais c'est déjà une évolution par rapport à avant où nous étions au tout jetable donc, comme le dit très bien le slogan de zéro waste france : Ce n'est pas parce qu'on ne peut pas tout faire, qu'il ne faut rien faire.

Sans transition aucune, je change de catégorie. On passe aux éponges. Voici des lustres que je voulais m'en faire mais le crochet, non, je n'y arrivais pas. Dans ma tête le crochet, c'est vieux, c'est moche. Et, il n'y a pas à dire mais, les brides, les demi-brides, les jetés, etc...ça ne voulait décidément pas entrer dans ma tête. Mais, c'était sans compter sur les tawashi. Ce sont de petites éponges à faire soit-même, lavable dont l'idée vient du japon. Tawashi, ça veut dire "éponge". J'ai donc trouvé un modèle en tricot, vraiment simple. Ben oui, le crochet et moi, ça fait deux :

https://www.alice-gerfault.com/blog/tricot/tawashi-eponge


  • monter 30 mailles dans la couleur principale (ici le gris), en laissant un long fil
  • tricoter 7 fois le modèle des 6 rangs suivant en utilisant la couleur principale (gris) pour les 4 premiers rangs et la couleur secondaire (rouge) pour les 2 derniers rangs
    • rang 1: k2tog (knit 2 together -> tricoter 2 mailles ensemble au point endroit, soit une diminution), tricoter 27 mailles endroit, kfb (knit front and back -> tricoter 2 fois la même maille, soit une augmentation)
    • rang 2 : kfb (augmentation), tricoter 27 mailles endroit, k2tog (diminution)
    • rang 3 : p2tog (pearl 2 together -> tricoter 2 mailles ensemble à l’envers), tricoter 27 mailles envers, pfb (pearl front and back -> tricoter 2 fois la même maille au point envers)
    • rang 4 : kfb,tricoter 27 mailles endroit, k2tog
    • rang 5: k2tog,tricoter 27 mailles endroit, kfb
    • rang 6 : pfb,tricoter 27 mailles envers, p2tog
  • rabattre les mailles (avec la laine secondaire – rouge)
  • couper les fils en gardant un peu de longueur
  • coudre le haut et le abs du tricot avec une aiguille à laine avec le fil secondaire restant (rouge) pour former un rouleau.
  • Utiliser les fils de la couleur principal (gris) pour faire des points sur les bord haut et bas du rouleau
  • Tirer sur les fils pour froncer le rouleau en haut et en bas.
  • Faire un noeud avec les 2 fils.
  • Et rentrer les fils au centre du tawashi !

Je me suis empressée de la tester pour laver la vaisselle sale et je vous avoue que, j'ai été agréablement surprise. Déjà, il faut prendre de l'acrylique. Pas de la laine. C'est ce que j'ai fais et le 100% acrylique sèche vraiment très vite. À peine sorti de la machine à laver que mon tawashi est déjà séché. Ensuite, l'acrylique distribue apparement une quantité d'eau plus longuement que l'éponge. Je m'explique. J'ai une grande table et l'éponge jaune et verte, que nous avons tous chez nous, est sèche alors que j'ai à peine nettoyée la moitié de la table. Le tawashi non. Ensuite, je n'ai plus besoin de faire tremper ma vaisselle. Ni pour le gras, ni pour la nourriture collée. Une révélation. Pour vous dire, j'ai même lavé mon four, sans utiliser de produit décapant ! Hey ouais...et je n'en avais pas plein les mains 😎

Mais, car oui, il y a un mais, j'avoue n'avoir pris aucun plaisir à les tricoter. Il fallait suivre les instructions. Un coup endroit-endroit, un coup endroit-envers, un coup envers-endroit. Je n'ai pas saisi la construction du tawashi et ça m'a bien gêné de garder l'ordinateur ouvert pour juste un tawashi. Alors, je me suis penchée sur ceux au crochet que je trouve un peu plus joli. Et ça donne ça :



C'est plus beau qu'une éponge jaune et verte non ?



Pour vous en faire, rien de bien compliqué. Je ne savais pas crocheter, je vous dis ! Un peu mais sans vraiment comprendre. Alors, pour ceux qui comme moi s'embrouillent dans toutes ces histoires, je vous conseille de regarder les vidéos de crochets anglaises. J'ai trouvé ça plus simple, comme pour le tricot en fait.

http://www.lepetitmondededomi.com/2017/11/tawashi-grand-modele.html


Pour un diamètre de 12 cm :
Monter une chaînette de 30 mailles.
Pour un diamètre de 10 cm :
Monter une chaînette de 25 mailles 
Crocheter en mailles serrées en prenant le brin arrière de la maille en augmentant d'une maille et en diminuant d'une maille à chaque extrémité à chaque rang.
Faire le même nombre de rangs que le nombre de mailles conserver une longueur de fil qui permettra les coutures.
On obtient un parallélogramme.
Pour le former, il faut suivre les mêmes insdications que pour le tricot.

Personnellement, je n'ai pas réalisée la chaînette car je ne compte pas les accrocher (sur le robinet, pas au mur, voyons !😄) et j'envisage de m'en produire une sacré collection. Car il serait appréciable d'en avoir aussi dans la salle de bain et les toilettes. En plus, mon amoureux trouve vraiment appréciable le fait qu'elles soient lavables car hop, un tour en machine et c'est propre. Pour l'instant, on en utilise une par jour. Mais quand le stock sera devenu plus important, on passera peut-être à deux par jours en cuisine. Qui sait ? Voilà bientôt une semaines qu'on n'utilise que ça et je vous avoue que, moi qui n'avait jamais rien eu contre les éponges jaunes et vertes, je me suis rallié à la cause de mon amoureux : Jamais plus je ne reviendrai vers ces nids à microbes jetable. En plus, ça lui fait plaisir du coup, et s'il est content, moi aussi ❤️.

Sur ce, je vous dit à bientôt pour de nouvelles aventures couturesques, tricotesques et crochetesques. Oulà, ça commence à faire là ! ✂️🐑🕸



Commentaires

Instagram